À la rencontre des athlètes centrafricains

La délégation centrafricaine au stade FHB

La République Centrafricaine a fait sa première apparition hier sur la piste d’athlétisme du stade Félix Houphouët-Boigny. Je suis parti à leur rencontre.

DJALLA Jospin Legrand

DJALLA Jospin Legrand (photo: O. Doundembi)

Sprinter , il fait partie de la nouvelle génération d’athlètes centrafricains.
Recordman national, il entre en compétition à partir du Mardi sur 200 et 400 m.
Il reste confiant et compte faire de son mieux afin de rendre le sourire à son peuple.

Il en profite pour lancer un message de paix à l’endroit de ses compatriotes en demandant aux groupes armés de déposer les armes car sans la paix, le sport ne peut se développer.

Victoire Mandaba

V. Mandaba (Photo: O. Doundembi)

Elle a représenté la RCA dans plusieurs compétions internationales, dont la dernière en date, les JO de RIO 2016. C’est elle qui a ouvert le bal sur 800m Femme et s’est  classée avant-dernière avec un chrono de 2’15’’08.

Je me suis approché d’elle juste après la course. Elle était très déçue de sa performance car ce n’est pas ce qu’elle voulait. Victoire est une athlète ambitieuse, déterminée, qui aime gagner. Malgré cela, toutes ses tentatives d’obtention de bourse pour un stage de formation depuis cinq ans sont tombées à l’eau. Elle déplore l’absence de compétions locales avant les rencontres internationales et les mauvaises conditions d’entrainement.

Une situation pas facile à gérer, puisqu’en cas d’échec, certaines personnes pointent du doigt les sportifs, les traitant de paresseux, de touristes…A mon avis, les dispositions ne sont pas prises pour qu’elle, et les autres athlètes, puissent parvenir à leur plus haut niveau.

NZALE Franck Laskony

Franck Nzalé (Photo: O. Doundembi)

Ayant la main amputée, il concourt lui dans la catégorie handisport en course de vitesse (200m), ainsi qu’en saut en longueur.
Plutôt serein, il déclare :

«si Dieu le veut, je rentrerai avec une médaille au pays car mon objectif est de finir parmi les trois premier ».

Ketura Dorcas Ndoyé-Ti-Nzapa

La dernière athlète à répondre à mes questions participera aux 200m et 400 m Femme. Elle mise également sur un titre et confirme les mauvaises conditions de préparation (en dépit des efforts de la fédération centrafricaine).

« Cette discipline individuelle est difficile, elle doit être prise en considération au même titre que le football, le basketball »

A cinq jours de la compétition, les athlètes ont appris qu’ils n’allaient pas participer à ces jeux car la fédération centrafricaine d’athlétisme n’avait pas les moyens d’assurer le transport de ses représentants sur Abidjan. C’est l’Organisation Internationale de Francophonie qui leur a payé les billets d’avion…

 

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares