Côte d’Ivoire: de la francophonie à la « sexophonie »

Photo by Kevar Whilby on Unsplash

Les jeux de la francophonie sont là. Mais, depuis belle lurette, les Ivoiriens jouent avec les mots de la langue de molière. Surtout, quand il s’agit de drague. Alors, pour vous souhaiter la bienvenue,  je vous parlerai de la « Sexophonie ».

Le regard du sculpteur

Chez nous, un vocabulaire étymologiquement sexuel mais sociologiquement pudique a vu le jour. Ainsi, si vous êtes une Awoulaba (une vraie femme africaine), l’Ivoirien lambda commencera par vous sculpter avec sa langue: tchié (interjection exprimant la surprise), c’est du blindé (vous êtes en chair). En plus, elle a une vraie caisse (des fesses bien trapues). Papapapa! regarde comment son balcon est garni (une belle poitrine)!

C’est le temps de la drague

Ayant apprécié vos rondeurs, l’Ivoirien dira de vous que vous êtes un mouvement. Et pour dire qu’il vous fera la cour, appréciez la formule qu’il utilisera: je vais pointer sur le mouvement (vous draguer). Pointer? Oui, métaphore pour dire qu’il va d’abord très bien vous fixer, avant de vous séduire. Gbès est mieux que dra.

Le temps du collé- serré (l’Amour).

Gbès est mieux que dra.

Qu’importe vos 1, 78 m, il dira que vous êtes sa petite (copine). Et si en tant que sa petite, vous êtes une petite petite, vous deviendrez de facto sa pépinière. Manière de dire que vous n’êtes pas trop mure sexuellement parce qu’encore vierge ou fraîchement déflorée. Surtout ne vous trompez pas, la pépinière n’a rien à avoir avec l’âge à l’état civil. Chez nous, les filles de 15 ans sont bien souvent loin d’être des pépinières.

Le deuxième bureau: c’est pour nous Ivoiriens, le domicile de la petite. Après une journée de travail harassante, quoi de plus relaxant que des heures supplémentaires… Les Ivoiriens sont de véritable bourreaux de travail. Gbès est mieux que dra..

Le couvant: ah le couvant, c’est le domicile conjugal où mère Theresa nous attend. Croyant avoir eu le royaume des cieux depuis qu’on lui a mis la bague au doigt, elle est dans une monotonie sentimentale: toujours le même pagne, la même camisole, toujours la même messe de 6 h 30 à minuit. Mais, toujours est-il, que le couvant malgré tout ça, c’est l’endroit ou on est censé avoir la paix du cœur. Gbès est mieux que dra.

Quand le « sexophile » voudra faire l’amour, il aura encore recours aux subtilités de la langue de Molière: jai envie de pisser. Sans commentaire.

Quand un autre homme, vient sans gêne, pisser dans le couvant (le domicile conjugal) de son ami, en clair quand il fait du couvant de son ami son deuxième bureau à lui, sacrilège! Alors on dira du cocu, qu’ils ont tapé dans son dos.[/alert]

Et cet ami qui a fait un tapé dos sera qualifié élégamment de petit pompier. En effet, l’épouse a eu recours à ce dernier par ce que son mari n’arrive pas à éteindre le feu charnel qui la dévore. Et c’est le petit pompier muni de son arrosoir dans le pantalon qui sera convié pour ce faire. I

Que ce soit le petit pompier ou le titulaire du deuxième bureau, chacun de ces deux hommes, après avoir pissé, utilisera un vocabulaire culinaire. Il dira d’abord de vous, qu’il vous a allumée, chauffée, qu’il a fait votre sauce ou qu’il vous a passé à sa casserole.

« Tu es un chef » diront ses amis. Oui, un chef cuisinier qui vous accroche comme une étoile à son veston.

Qui dit mieux ?  les Ivoiriens savent parler le français ou bien ?

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares